Mission économique du CPQ : des retombées économiques à venir pour les entrepreneurs québécois, canadiens et marocains

MARRAKECH, le 31 mai 2024 – La mission économique du Conseil du patronat du Québec (CPQ) au Maroc du 25 au 31 mai s’est conclue sur une note des plus positives pour les entrepreneurs québécois, canadiens et marocains. Le CPQ a profité de son passage au Maroc pour signer une entente de collaboration historique avec son homologue marocain, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Il a également assisté à plusieurs ententes de collaboration entre des entreprises marocaines et québécoises.

Au cours de cette quatrième mission en sol africain, les chefs de délégation Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ et Danièle Henkel, ambassadrice de la Francophonie économique pour le CPQ, ont participé à plusieurs rencontres à Casablanca, Rabat et à Marrakech. Les chefs de mission étaient accompagnés à Marrakech par une délégation panaméricaine composée d’une cinquantaine de représentants du milieu des affaires, dont le président du conseil d’administration du CPQ et coprésident exécutif du conseil d’administration de Drakkar, Denis Deschamps, ainsi que le maire de Repentigny, Nicolas Dufour.

La délégation panaméricaine a participé à divers forums et tables rondes, abordant des thématiques variées telles que l’innovation technologique, les énergies renouvelables, l’agro-industrie et les infrastructures. Ces rencontres ont permis de mettre en lumière les atouts du Maroc comme porte d’entrée vers l’Afrique et de souligner la complémentarité entre les économies canadienne, québécoise et marocaine.

Le CPQ et sa délégation ressortent de ce quatrième rassemblement de l’Alliance des patronats francophones avec des résultats concrets. En effet, le CPQ et la CGEM travailleront en étroite collaboration au cours des prochains mois pour renforcer encore plus les relations d’affaires entre le Québec, le Canada et le Maroc. D’ailleurs, une délégation marocaine sera de passage au Québec cet automne pour rencontrer des entrepreneurs québécois. Au cours des derniers jours, deux entreprises québécoises ont pu conclure des partenariats stratégiques, grâce au travail d’Investissement Québec international, avec des entreprises marocaines qui auront des retombées économiques directes pour le Maroc et le Québec. Ces résultats témoignent du réel potentiel que peut représenter la francophonie économique pour les entrepreneurs.

Citations

« Cette mission économique au Maroc a été extrêmement fructueuse pour les entrepreneurs québécois. Elle a non seulement renforcé nos liens commerciaux avec un marché en pleine expansion, mais a également ouvert de nouvelles perspectives de collaboration et d’innovation. Les accords signés et les partenariats établis durant cette mission témoignent du dynamisme et de la compétitivité de nos entreprises. Nous revenons avec des opportunités concrètes qui contribueront à la croissance et à la diversification de l’économie québécoise. Je suis convaincu que cette mission marquera le début d’une ère de coopération prospère entre le Québec et le Maroc », déclare Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ.

« Cette mission économique au Maroc a été une occasion exceptionnelle pour les femmes entrepreneures de démontrer leur leadership et leur innovation. Les rencontres et échanges que nous avons eus ont mis en lumière le potentiel énorme des femmes dans le développement économique international. Les partenariats établis témoignent de notre capacité à innover et à collaborer au-delà des frontières. Je suis fière de voir tant de femmes entrepreneures québécoises jouer un rôle clé dans cette mission, et je suis convaincue que cela ouvrira de nouvelles voies pour une croissance inclusive et durable », déclare Danièle Henkel, ambassadrice de la Francophonie économique pour le CPQ.

– 30 –

À propos du CPQ :  Créé en 1969, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs, de toutes tailles et de toutes les régions, issus des secteurs privé et parapublic.

Est-ce que cela a été utile ?
OuiNon