Skip to navigationSkip to content

1er Forum annuel de la Politique de la mobilité durable - Accélérons le travail pour améliorer la mobilité des Québécois

Publié le 09 septembre 2019
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

Montréal, 9 septembre 2019 – Les membres du Comité de suivi de la Politique de mobilité durable (PMD) félicitent le Gouvernement du Québec pour la tenue du premier Forum annuel de la Politique de mobilité durable, qui a réuni plus de 150 représentants du monde municipal, environnemental, du milieu des affaires, du gouvernement et d’organisations de la société civile le 6 septembre dernier à Montréal afin de dresser un bilan de la première année de mise en œuvre et d’identifier les actions prioritaires à déployer pour atteindre les objectifs 2030 de la PMD. D’emblée, le Comité de suivi souligne le travail accompli jusqu’ici par le Ministère des Transports, considérant le peu de temps depuis l’élection du nouveau gouvernement. Cependant, l’accélération de la mise en œuvre de la PMD représente pour le Comité une condition incontournable pour en assurer le succès, dans un contexte où les Québécois attendent des gestes forts et durables pour décongestionner nos routes, améliorer partout l’accessibilité aux différents modes de transports et lutter contre la crise climatique.

Le Comité de suivi continuera de travailler avec le Gouvernement du Québec pour aider les citoyens et les entreprises à rendre la mobilité plus fluide, moins polluante et source de vitalité économique pour le Québec.

Bilan de la première année

Le Comité de suivi a présenté au gouvernement ses constats de cette première année de mise en œuvre de la PMD :

  • Mobilisation : la PMD reste encore peu connue, à la fois du gouvernement, de ses partenaires et de la population québécoise.
  • Efficacité : la difficulté d’accès au financement des programmes gouvernementaux et la complexité administrative restent des freins pour mobiliser les acteurs de la mobilité durable.
  • Priorisation et suivi : après un an de mise en œuvre, il existe peu d’information sur le degré d’atteinte réelle des grandes cibles, faute d’indicateurs de performance rattachés aux mesures de la PMD.
  • Investissements : Avec seulement 27 % en transport collectif, le gouvernement s’est engagé à rééquilibrer à 50/50 les investissements du Plan québécois des infrastructures entre le transport collectif et le réseau routier. Un rééquilibrage important est attendu dès le prochain exercice budgétaire.
  • Sources de revenus : le Québec vit un contexte d’érosion des revenus de taxe sur les carburants qui financent les transports et de besoins croissants dans tous les secteurs. Ainsi, la viabilité de la PMD dépend d’une diversification des sources de financement.
  • Intermodalité du transport des marchandises et partage de données :peu ou pas d’actions ont été réalisées en ce sens et la rareté des données disponibles pour ce secteur demeure.
  • Innovation : l’appui du gouvernement au déploiement des systèmes de transports intelligents et des nouvelles mobilités (véhicules autonomes et connectés, auto/vélo/taxi-partage, covoiturage, etc.) tarde à se matérialiser.
  • Intégration et cohérence des politiques gouvernementales : les Plans de mobilité durable intégrés (PMDI) prévus dans la PMD sont des outils d’arrimage incontournables pour intégrer l’aménagement du territoire et la mobilité durable. À ce sujet, le Comité de suivi se réjouit que le ministre Bonnardel ait annoncé l’adoption d’un programme d’aide financière dans la prochaine année. Par ailleurs, le Comité salue que la PMD ait été reconnue comme un pilier fondamental de la démarche d’élaboration du futur Plan d’électrification et de changements climatiques (PECC) du gouvernement.

10 recommandations clés du Comité de suivi

S’appuyant sur ces constats, le Comité de suivi a présenté les conditions cruciales pour assurer le succès de la PMD :

  • Mettre en place rapidement une campagne d’information et de mobilisation d’envergureafin de favoriser les changements de comportement dans nos déplacements ;
  • Implanter un accès facilité, rapide, prévisible et pérenne au financement gouvernementalcomme condition essentielle pour concrétiser des projets de mobilité durable ;
  • Doter rapidement la PMD d’indicateurs de performance pour mesurer l’efficacité de ses mesures et prioriser les plus structurantes ;
  • Effectuer un rattrapage important dans les investissements en transport collectif et actifdès le prochain exercice budgétaire pour atteindre des grandes cibles de la PMD et réaliser l’objectif gouvernemental de rééquilibrer à 50/50 les investissements du Plan québécois des infrastructures entre le transport collectif et le réseau routier ;
  • Mettre en place des sources de revenus additionnellespour financer la PMD, incluant des mesures d’écofiscalité pour mieux gérer la demande ;
  • Cibler des actions structurantes réalisables dans des délais raisonnables enintermodalitédans le secteur des marchandises et développer des banques de donnéeset leur accès ;
  • Déployer plus rapidement la mobilité offerte comme un service(MaaS) et du transport à la demande, ainsi qu’un appui plus fort et plus rapide à l’innovation et aux projets pilotes innovants en mobilité durable. Ces nouvelles mobilités doivent s’arrimer aux réseaux de transport urbains et périurbains afin de réduire le transport en auto solo et la congestion sur nos routes ;
  • Mobiliser les partenaires municipaux du gouvernement pour s’assurer d’une mise en œuvre rapide des Plans de mobilité durable intégrés (PMDI) ;
  • Renforcer l’arrimage entre la PMD et le Plan d’électrification et de changements climatiques (PECC) en reprenant et en bonifiant les mesures de la PMD qui contribuent le plus à l’atteinte des cibles climatiques du Québec.

Par ailleurs, le Comité de suivi rappelle l’importance d’améliorer le bilan carbone et l’efficacité énergétique du parc de véhicules, ce qui inclut l’électrification, les biocarburants, les normes d’efficacité énergétique et les efforts pour réduire la taille des véhicules.

Citations des porte-parole du Comité lors du Forum

« Atteindre une mobilité durable plus fluide, plus économique et moins polluante est au cœur des préoccupations des entreprises et des citoyens. Mobiliser la population aux enjeux des déplacements, implanter vigoureusement les solutions alternatives à l’auto solo, mettre en place des aménagements intégrés et favoriser le travail à distance sont des conditions incontournables du succès de la PMD. Accélérer les décisions pour réaliser les projets et trouver un financement suffisant sont d’autres conditions incontournables. » — Florence Junca-Adenot, directrice du FORUM URBA 2015, UQAM

« Les sociétés de transport sont clairement engagées dans l’atteinte des objectifs de la PMD, que ce soit l’augmentation de l’offre de service ou les mesures liées à l’électrification. Toutefois, il importe que le gouvernement prenne le leadership en mettant tout en place pour que ces projets se réalisent. Rapidement l’accès au financement des programmes doit être facilité et les processus administratifs doivent être allégés pour permettre aux projets de se réaliser dans les meilleures conditions et les meilleurs délais. Le financement destiné aux sociétés de transport doit être dédié, pérenne, prévisible et suffisant. » —Marc-André Varin, directeur général de l’Association du transport urbain du Québec

« Le déploiement de la Politique de mobilité durable semble complexe, et on peut ajouter qu’il l’est davantage pour les régions rurales qui ont très peu de ressources par rapport aux régions métropolitaines. Il est nécessaire d’accompagner et d’appuyer les efforts des régions à prendre le virage de la mobilité durable. C’est un changement majeur par rapport à ce qui se faisait avant, et tout changement demande une période de transition et un bon soutien. Il ne faut pas oublier que 1 Québécois sur 3 demeure à l’extérieur des régions métropolitaines sur un territoire 35 fois plus vaste que les grandes zones urbaines. Il est donc nécessaire d’investir des montants et des efforts conséquents afin d’atteindre les cibles de la Politique. Le succès de celle-ci passe aussi par les régions. » — André Lavoie, président de l’Association des transports collectifs ruraux du Québec

« La réduction substantielle des émissions de GES représente un défi crucial qui nous engage tous en tant que citoyens. Les divers acteurs qui composent le transport de marchandises au Québec se sentent interpellés, et c’est pourquoi chacune de nos industries continuera de travailler de concert afin de réduire l’empreinte carbone du secteur et atteindre les cibles de la PMD en 2030. » — Marc Cadieux, président-directeur général de l’Association du camionnage du Québec (ACQ)

« Les nouvelles mobilités et les STI occupent une place grandissante dans le quotidien des Québécois. Les premières expérimentations de navettes autonomes, l’arrivée de nouvelles mobilités en partenariat avec le secteur privé en sont de bons exemples. Depuis le dévoilement de la PMD, le monde des transports a beaucoup évolué, et ce, très rapidement. Le Québec peut aujourd’hui s’inspirer des meilleures pratiques à l’international, dont Helsinki ou Singapour, afin d’accélérer la mutation des transports et de se doter d’objectifs beaucoup plus ambitieux en la matière. » — Sarah Houde, présidente-directrice générale de Propulsion Québec

« Nous constatons que le gouvernement met en œuvre des mesures concrètes qui vont dans le sens de la vision de la politique. Grâce notamment aux plans de mobilité durable intégrés qui seront élaborés dans toutes les régions, le Québec se positionne pour devenir un véritable leader en la matière. Un des principaux défis à court terme sera de rééquilibrer les investissements en transport pour développer rapidement l’offre de transports collectifs partout sur le territoire. » — Christian Savard, directeur général de Vivre en ville

–30–

À propos du Comité de suivi

Dans l’esprit de la co-construction, le Comité de suivi a pour mandat de conseiller le gouvernement pour assurer le respect de la vision de la PMD et l’atteinte de ses objectifs à l’horizon 2030.

Le Comité de suivi regroupe différents acteurs de la société civile détenant une expertise particulière sur les questions de mobilité et de transport. Précisément, les membres du comité sont : Aéroports de Montréal (ADMTL), Alliance TRANSIT, Association du camionnage du Québec (ACQ), Association des transports collectifs ruraux du Québec (ATCRQ), Association du transport urbain du Québec (ATUQ), Canadien National (CN), Cargo Montréal (CargoM), Conseil du patronat du Québec (CPQ), Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec (COPHAN), Équiterre, Fédération des municipalités du Québec (FQM), Florence Junca-Adenot (UQAM), Fondation David Suzuki, Jean-François Barsoum (IBM), Marie-Hélène Vandersmissen (Université Laval), Propulsion Québec, Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ), Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec (RNCREQ), Société de développement économique du Saint-Laurent (Sodes), SWITCH, l’Alliance pour une économie verte au Québec, Trajectoire Québec, Union des municipalités du Québec (UMQ), Vélo Québec, Vivre en Ville, et COPTICOM, Stratégies & Relations publiques, qui en assure la coordination.

Renseignements :-- Christophe Aura
[email protected] -- 514-797-7986

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
1er Forum annuel de la Politique de la mobilité durable - Accélérons le travail pour améliorer la mobilité des Québécois

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements