Skip to navigationSkip to content

Prévisions salariales 2023: une autre année sous le signe de hausses importantes

Published on September 29th 2022
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Details on the article

MONTRÉAL, le 29 septembre 2022 – Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) tenait aujourd’hui son Colloque sur les prévisions salariales 2023, un rendez-vous incontournable pour connaître les tendances salariales de l’année à venir. Les employeurs du Québec prévoient un budget moyen de 4,1 % (excluant les gels) en 2023. Selon une des enquêtes, ce sera la province la plus généreuse au pays.

« Considérant qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre et un nombre record de postes vacants, la dynamique de hausses salariales historiques n’a rien de surprenant. Les employeurs doivent être attrayants dans leur offre de rémunération. Cette situation s’intensifie d’année en année. Évidemment, l’inflation en ajoute une couche. Par contre, la marge de manœuvre d’un grand nombre d’entreprises se retrouve réduite dans ce contexte inédit, surtout qu’une récession n’est pas exclue », déclare Mme Norma Kozhaya, vice-présidente à la recherche et économiste en chef du CPQ.

Les gels de salaires se font de plus en plus rares. Seulement 1 % des organisations songent y recourir en 2023.

Encore une fois cette année, quelques secteurs d’activités se démarquent par des augmentations plus élevées : technologies de l’information (4,7 %), services immobiliers (4,7 %), services professionnels (4,5 %) et fabrication (4,4 %).

Des ajustements « spécial inflation »

Selon l’une des enquêtes, environ le tiers des organisations envisagent d’offrir des ajustements hors cycle pour contrer l’inflation.

« Les données démontrent que les employeurs sont sensibles à la réalité de l’inflation et des répercussions sur le personnel. Ils n’ont pas le choix d’être proactifs parce que le marché du travail change extrêmement rapidement. On s’éloigne de l’époque où l’évaluation de rendement se faisait une fois par année. On constate aussi que les leviers pour fidéliser les employés se diversifient et se multiplient », conclut M. Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ.

Il est toutefois important de noter que la question salariale n’est pas toujours le principal facteur de rétention en entreprise. D’après un sondage mené à l’automne 2021 par Normandin Beaudry, c’est la flexibilité qui trônait au sommet des raisons évoquées par les employés pour demeurer en poste. Le salaire n’arrive qu’au troisième rang.

Le document a été produit en collaboration avec les firmes Solutions Mieux-être LifeWorks, Mercer, Normandin Beaudry, PCI Rémunération-conseil et Willis Towers Watson de même que le Regroupement Loisir et Sport du Québec : le Dossier spécial des prévisions salariales 2023.

-30-

Source : Victoria Drolet
Conseillère principale – Affaires publiques et gouvernementales
Conseil du patronat du Québec
[email protected]
Tel. : 514-288-5163
Cell. : 438-888-3312

À propos du CPQ : Créé en 1969, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs, de toutes tailles et de toutes les régions, issus des secteurs privé et parapublic.

Prévisions salariales 2023: une autre année sous le signe de hausses importantes