Skip to navigationSkip to content

Livre blanc sur l’immigration - Portrait et solutions

Publié le 16 mai 2022
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

Tout comme elle l’a fait pour l’ensemble du marché de l’emploi, la crise sanitaire a profondément modifié la question de l’immigration. Nous commençons à voir les effets des changements des politiques migratoires qui privilégient le lien d’emploi à la scolarité, du moins pour l’immigration économique. C’est ainsi que certaines perceptions quant aux difficultés d’intégration des immigrants ne sont plus aussi fondées qu’il y a cinq ou dix ans.

Lire le Livre blanc sur l’immigration - Portrait et solutions (format PDF)
Vous pouvez aussi télécharger le document PDF à partir de la colonne de droite. Sur téléphone intelligent et tablette électronique, cliquez sur «Information additionnelle» au haut de l'écran.

Au Québec, l’enjeu de l’immigration est particulièrement délicat, pour des raisons linguistiques et de perceptions liées à des questions de nature culturelles et religieuses. Il est également complexe, principalement du fait qu’il s’agit d’une compétence partagée entre les gouvernements provincial et fédéral qui se répartissent certaines responsabilités en matière d’immigration et d’admission temporaire des ressortissants étrangers. Le Québec est la seule province canadienne à avoir ce statut.

Bien que souhaitable sur le principe, le partage des compétences de l’immigration entre les deux gouvernements cause des lourdeurs et des délais qui rendent le système inefficace. On ne compte plus les détenteurs d’un Certificat de sélection du Québec (CSQ) qui ont eu du mal à renouveler leur permis de travail. Les délais pour obtenir d’Ottawa la résidence permanente et devenir ainsi un immigrant reçu au Québec sont excessivement longs, et ces travailleurs qualifiés doivent renouveler régulièrement leur permis de travail, dont la durée n’excède pas un ou deux ans. En outre, cette double administration donne prise à des frictions de nature politique lorsque les deux gouvernements ont des visions divergentes de l’immigration.

Ce sont les employeurs et les candidats à l’immigration qui font les frais de ce système que l’on peut qualifier de lourd et inefficace, tant pour l’immigration temporaire que permanente. De l’avis du Conseil du patronat du Québec, il faut en priorité augmenter les seuils d’immigration permanente, élargir l’accès au Programme de l’expérience québécoise et au Programme régulier des travailleurs qualifiés, simplifier le Programme des travailleurs étrangers temporaires et mettre fin au moratoire sur les programmes destinés aux investisseurs.

Pas encore membre du Conseil du patronat du Québec? Vous voulez faire partie de la solution et aider les employeurs du Québec à prospérer? Adhérez dès maintenant!

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Livre blanc sur l’immigration - Portrait et solutions

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements