Skip to navigationSkip to content

Misons sur nos forces pour transformer le Québec

Lettre ouverte cosignée par Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ, publiée le 14 octobre 2022 dans La Presse+.

Nous, membres du collectif G15+, désirons faire émerger une société qui place le bien-être de la population au cœur des décisions individuelles et collectives. Nous sommes issus d’une culture singulière qui accorde une place de choix à la concertation et à la cohésion sociale, faisant du Québec une société distincte en Amérique du Nord. En misant sur le dialogue social, nous proposons une véritable transformation de notre société.

Les défis sont multiples et sur tous les fronts. Pensons à l’intensification des changements climatiques et à l’érosion de la biodiversité, à la crise du logement ou à la pénurie de main-d’œuvre. À l’heure où le monde vit des bouleversements qui n’épargnent personne, nous pensons que c’est en travaillant ensemble que nous pourrons transformer ces défis en occasions pour le Québec.

En mars 2020, pour répondre à l’appel du gouvernement du Québec afin de préparer l’après-COVID-19, des leaders économiques, sociaux, syndicaux et environnementaux se sont regroupés pour former le collectif G15+ et ont formulé des propositions en faveur d’une relance solidaire, prospère et verte(1).

Forts de l’expertise et de la pluralité de nos membres, nous plaidons pour une transformation allant au-delà de la croissance du produit intérieur brut et de la création d’emplois :

  • un Québec qui place l’économie au service de la qualité de vie de sa population. Une société qui valorise à la fois les compétences et le goût de l’innovation, la solidarité et l’inclusion de tous ses talents, le patrimoine culturel, la durabilité et la résilience;
  • un Québec qui encourage une consommation et une production soutenables. Cet équilibre, sûr et juste pour les générations actuelles et futures, doit permettre à nos entreprises de prospérer, à nos citoyens de s’épanouir et à notre société de respecter les limites planétaires;
  • un Québec qui s’adapte pour permettre à tout le monde de vivre dans des milieux de vie sains, durables et abordables, à proximité des services essentiels, des emplois, des commerces, des institutions culturelles et des transports durables. Se loger décemment, se soigner facilement, s’éduquer adéquatement, se nourrir sainement et suffisamment et se déplacer sobrement devraient être les objectifs poursuivis par la société québécoise.

Nous estimons qu’il est plus que jamais nécessaire de miser sur l’interdépendance des enjeux environnementaux, sociaux et économiques afin de placer le bien-être et la qualité de vie de la population au cœur de nos décisions collectives et de nos politiques publiques.

Nous lançons un appel aux représentants politiques de tous les ordres, au milieu économique, à la société civile ainsi qu’à l’ensemble de la population, à poursuivre le dialogue pour faire avancer la vision d’une société solidaire, prospère et verte.

Les signataires :

Karl Blackburn, président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec ; Sabaa Khan, directrice générale Québec/Atlantique de la Fondation David Suzuki ; Béatrice Alain, directrice générale du Chantier de l’économie sociale ; Denis Bolduc, secrétaire général de la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec ; Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre ; Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville ; Geneviève Morin, présidente-directrice générale de Fondaction ; Gabrielle Desbiens, présidente du Réseau des conseils régionaux de la culture du Québec ; Sylvain Gariépy, président de l’Ordre des urbanistes du Québec ; Éric Cimon, directeur général de l’Association des Groupes de ressources techniques du Québec ; Denis Leclerc, président et chef de la direction d’Écotech Québec ; Charles Milliard, président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec ; Natalie Pouliot, directrice générale de la Coalition des organismes communautaires pour le développement de la maind’œuvre ; Martin Vaillancourt, directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec ; Emna Braham, directrice générale de l’Institut du Québec (partenaire de recherche) ; Annie Chaloux, professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke ; François Delorme, économiste et chargé de cours en économie de l’environnement à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke ; Leïla Copti, présidente de COPTICOM, Stratégies et Relations publiques.

Note

  1. Consultez les propositions du collectif G15+
Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Misons sur nos forces pour transformer le Québec