Skip to navigationSkip to content

Miser sur le dynamisme de nos entreprises

Publié le 01 mars 2015
Norma Kozhaya
Vice-présidente – Recherche et économiste en chef
+ Information additionnelle

Lettre d'opinion de Norma Kozhaya, vice-présidente à la recherche et économiste en chef du Conseil du patronat du Québec
Options politiques, p. 47 - 1er mars 2015

Norma-Kozhaya-small_L’économie canadienne doit relever à court et à moyen terme un éventail de défis d’une grande complexité. D’où l’importance majeure des priorités et des politiques que se donneront nos gouvernements. En prévision des prochaines élections fédérales,_ Options politiques a donc demandé à des économistes et des décideurs respectés à travers le pays de l’aider à déterminer ces choix politiques en répondant à cette question: Les Canadiens de toute allégeance politique éliront en 2015 un nouveau gouvernement fédéral. Quel enjeu économique doit arriver en tête des priorités de ce gouvernement et quelles mesures doit-il prendre pour y faire face?

Alors que des élections fédérales pointent à l’horizon, le moment est opportun pour discuter des principaux enjeux économiques du Canada.

Tout d’abord, nous devons miser sur le dynamisme de nos entreprises. Comment ? En privilégiant l’innovation ainsi que l’ouverture à de nouveaux marchés. Il faut mieux préparer nos entreprises, par la formation et l’information, à tirer profit des occasions d’affaires qui se présenteront grâce aux accords avec l’Union européenne et la Corée ainsi qu’au Partenariat transpacifique, dont les négociations progressent.

Le gouvernement du Canada devrait en même temps investir dans des programmes qui ont un effet de levier structurant sur la productivité, l’innovation, la commercialisation et la réduction de l’empreinte environnementale des entreprises. L’Office des technologies industrielles, notamment, pourrait soutenir des programmes ciblés sur les sociétés manufacturières innovantes du pays.

Parallèlement, l’atteinte de l’équilibre budgétaire en 2015-2016 doit demeurer une priorité avant que le gouvernement renoue avec les surplus budgétaires, quitte à laisser tomber certaines réductions d’impôt.

La question des investissements dans les infrastructures est un autre enjeu tout aussi important. Le gouvernement fédéral devrait investir davantage dans les ports et dans les pôles logistiques, de même que dans des projets porteurs en matière de transport collectif. Il est crucial que la portion du Québec dans les investissements en infrastructures liés au fonds PPP Canada corresponde à son poids démographique au pays.

Parmi les autres problèmes structurels qu’il est nécessaire d’examiner figure la situation des aéroports. À cause des différentes charges qui leur sont imposées, nos aéroports sont clairement désavantagés par rapport à ceux des États-Unis, et cette forte concurrence commence à peser de plus en plus lourd sur l’économie canadienne. Un rapport sénatorial a déjà avancé différentes pistes de solutions prometteuses qu’il faudrait considérer sérieusement dans l’intérêt de la compétitivité de notre économie.

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Miser sur le dynamisme de nos entreprises

Autres publications sur le sujet