Skip to navigationSkip to content

ACEUM : un accord essentiel pour la prospérité du Québec

Le nouvel accord permet donc d’assurer la stabilité nécessaire au développement des affaires et à la fluidité commerciale. Il est dans l’intérêt supérieur du Québec et du Canada.

Lettre ouverte cosignée par Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ, publiée le 17 décembre 2019 en exclusivité sur notre site.

Les représentants du milieu des affaires du Québec font appel à tous les parlementaires à Ottawa et à toutes les parties prenantes pour faire en sorte que l’Accord Canada–États-Unis-Mexique (ACEUM) soit entériné le plus rapidement possible. Ayant un impact profond dans plusieurs secteurs névralgiques de notre économie, cet accord est fondamental pour la croissance économique pour toutes les régions du Québec et pour assurer le niveau de vie des citoyens du pays.

Plus qu’un accord, un symbole

Ce n’est plus un secret pour personne que les relations commerciales avec nos voisins du Sud ont été difficiles depuis un certain temps. La mise en œuvre rapide de l’ACEUM permettra de mettre fin aux années d’incertitude économique qui ont suivi le déclenchement de la renégociation de l’ALENA par les États-Unis. Cette période tumultueuse illustre l’importance d’avoir un cadre qui favorise le libre-échange avec nos partenaires nord-américains au bénéfice des entreprises et des travailleurs au Canada.

L’ALENA a créé une intégration à grande échelle entre les systèmes de production de ses pays membres. Le Canada est le premier partenaire économique des États-Unis pour ce qui est des exportations, le Mexique en est le deuxième. Près de 70 % des exportations du Québec, 75 % des exportations canadiennes sont destinées aux États-Unis et plusieurs industries québécoises sont fortement dépendantes du marché américain. La mise en œuvre de l’Accord permet de protéger les chaînes de valeurs nord-américaines, ce qui importe pour la compétitivité des exportations canadiennes et québécoises à forte valeur ajoutée.

Le nouvel accord permet donc d’assurer la stabilité nécessaire au développement des affaires et à la fluidité commerciale. Il est dans l’intérêt supérieur du Québec et du Canada.

Continuer le travail pour appuyer tous les secteurs

Nous demandons aux gouvernements des actions concrètes afin de maximiser les retombées, incluant pour les secteurs qui ne bénéficient pas d’un environnement concurrentiel amélioré. Effectivement, certains secteurs, comme le secteur des produits forestiers, de l’aluminium et ceux sous la gestion de l’offre auront besoin d’une attention particulière afin de rester compétitifs dans ce territoire de libre-échange.

Ceci ne devrait toutefois pas mettre en péril l’entente qui, rappelons-le, est profitable pour l’économie de l'ensemble du pays. Ce moment historique mérite que chacun contribue à assurer la ratification de cette nouvelle entente.

Signataires

Yves-Thomas Dorval
Président et chef de la direction
Conseil du patronat du Québec

Kathy Megyery
Vice-présidente, Stratégie et Affaires et économiques
Fédération des chambres de commerce du Québec

François Vincent
Vice-président, Québec
Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

Véronique Proulx
Présidente-directrice Générale
Manufacturiers et Exportateurs du Québec

Sylvie Cloutier
Présidente-directrice générale
Conseil de la transformation alimentaire du Québec

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
ACEUM : un accord essentiel pour la prospérité du Québec

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements