Skip to navigationSkip to content

Sondage du CPQ sur la place du français en entreprise: les employeurs lancent un cri d’alarme sur la qualité du français pour en assurer la survie

Publié le 15 février 2021
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

Montréal, le 15 février 2021 - Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) dévoile aujourd’hui les résultats d’une consultation auprès de ses entreprises membres sur le français comme langue de travail au Québec.

Alors que les gouvernements du Québec et d’Ottawa s’apprêtent respectivement à réviser leurs lois linguistiques, le CPQ a saisi l’occasion pour sonder les entreprises sur la place du français au travail. Les résultats soulignent que l’opinion des employeurs représentés par le CPQ à l’égard de l’importance de préserver l’utilisation du français au Québec ne diffère pas de celle exprimée par la population.

« Le français comme langue de travail est un avantage culturel et économique qui nous distingue. Les entreprises l’ont bien compris et mettent déjà beaucoup d’efforts en ce sens, le sondage du CPQ nous montre qu’elles sont prêtes à en faire davantage avec l’appui des gouvernements », déclare Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ.

Pour consulter le rapport du CPQ

Le souci de maintenir et renforcer le français comme langue de travail se reflète dans le sondage que nous avons effectué auprès de nos membres. À travers leurs réponses, les entreprises démontrent qu’elles sont prêtes à poursuivre leurs efforts si le gouvernement les accompagne et assure la flexibilité nécessaire. 68 % des employeurs sondés sont favorables à ce que les entreprises de 25 employés et plus (plutôt que 50 employés et plus actuellement) soient assujetties à la Charte de la langue française (CFL). Une vaste majorité d’employeurs (73 %), sont également ouverts à l’idée d’étendre l’application de la CLF, même ceux qui œuvrent dans les secteurs sous compétence fédérale.

De plus, si les employeurs appuient aux deux tiers une restriction de l’exigence d’une langue autre que le français lors de l’embauche pour les communications internes, ils sont majoritairement d'avis qu’ils devraient avoir le droit d’exiger une langue autre que le français dans leurs communications externes, notamment parce que l’économie du Québec est ouverte sur le reste du Canada et sur le monde. À ce sujet, le CPQ est d’avis que le gouvernement fédéral doit saisir l’occasion pour mettre en place des mesures qui renforceront l’espace culturel et d’affaires francophones au pays.

Rappelons que nous sommes dans la bonne direction, puisque les observations de l’OQLF réalisées entre 2010 et 2017 ont montré que l’usage du français comme langue de service était stable (à 96 %). La difficulté de se faire servir en français est donc demeurée marginale (4 %).

Miser sur la qualité

L’importance de la qualité du français est un enjeu posant des problèmes aux entreprises au niveau du recrutement de la main-d’œuvre et qui mérite une attention particulière de la part du gouvernement.

Rappelons qu’il y a au Québec une forte proportion de citoyens qui ne maîtrise pas la langue, les analphabètes (19,0%) et les analphabètes fonctionnels (34,3%) représentant plus de la moitié (53,3%) des Québécois. Cela a des incidences importantes dans le recrutement de la main-d’œuvre, puisque 35% des employeurs ont rejeté des candidatures pour un manque de compétences en français, pourtant en pleine pénurie de main-d’œuvre.

En cette semaine de la persévérance scolaire, la qualité du français doit être une préoccupation de tous dès le plus jeune âge. À cet effet, une statistique du ministère de l’Éducation soulignait qu’une majorité (70 %) de décrocheurs francophones en cinquième secondaire ont échoué à atteindre les exigences en français.

Rappelons que le CPQ s’est toujours engagé dans l’enjeu de la protection et de la promotion de la langue française, car nous jugeons qu’il s’agit d’un élément distinctif de notre paysage socioéconomique. Au fil des ans, nous avons plaidé pour la promotion des entreprises québécoises francophones et nous avons souscrit à l’évolution de la société en ce qui a trait à la préservation de la langue de la majorité, le tout dans le souci de la sauvegarde des droits des minorités et de leurs institutions.

« Avec l’avènement des technologies et l’émergence du télétravail, il incombe à chaque employé de toute organisation d’utiliser un français de qualité, tant à l’oral que dans ses communications écrites » poursuit monsieur Blackburn. « C’est en valorisant une langue bien parlée et bien écrite que nous assurerons le rayonnement de nos entreprises à travers la Francophonie ».

-30-

Source : Arnaud Champalbert
Directeur – Affaires publiques et gouvernementales
Conseil du patronat du Québec
[email protected]
Cell.: 438 886-9804

À propos du CPQ : Créé en 1969, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs, de toutes tailles et de toutes les régions, issus des secteurs privé et parapublic.

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Sondage du CPQ sur la place du français en entreprise: les employeurs lancent un cri d’alarme sur la qualité du français pour en assurer la survie

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements