Skip to navigationSkip to content

Préavis de grève au Port de Montréal: le milieu des affaires réclame l’intervention immédiate du gouvernement du Canada pour éviter toute entrave aux activités du port

Publié le 13 avril 2021
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

Montréal, le 13 avril 2021 ‒ L’Association du camionnage du Québec, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), le Conseil du patronat du Québec (CPQ), la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) et Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) sont extrêmement préoccupés par les répercussions qu’entraîne depuis plusieurs semaines le climat d’incertitude au Port de Montréal.

Maintenant qu’un préavis de grève a été déposé par le Syndicat des débardeurs SCFP (section locale 375) pour suspendre certaines activités, dont les activités de formation, les heures supplémentaires et le travail de fin de semaine, ces associations réclament, dans le cadre d’une conférence de presse conjointe, l’intervention ferme et immédiate du gouvernement fédéral pour assurer le maintien complet, en tout temps, des activités au Port de Montréal et pour rassurer les entreprises.

« Chaque jour, 2 500 camions transitent par le Port de Montréal, ce qui représente plus de 2 400 conteneurs par jour. Nos membres constatent déjà une diminution des volumes et un détournement des marchandises vers d’autres ports. Il s’agit de répercussions directes et importantes pour l'économie et pour l'approvisionnement en biens et produits pour les citoyens. Nos membres anticipent des pertes d’emplois puisque l'arrêt des opérations portuaires force des transporteurs à suspendre leurs activités et à réduire leur personnel. Nous demandons donc à la ministre du Travail, l’honorable Filomena Tassi, d’intervenir immédiatement afin d’empêcher une situation qui aurait d’importantes conséquences économiques pour le Québec et le Canada », a déclaré Marc Cadieux, président-directeur général de l’ACQ.

« La situation se détériore au Port de Montréal. Nous l’avons dit depuis des semaines : un arrêt des activités, même partiel, est irresponsable. Le port est un pilier stratégique essentiel pour la santé de nos entreprises et le succès de notre relance. Les décisions actuelles auront des répercussions pendant plusieurs mois. La ministre du Travail du Canada, l’honorable Filomena Tassi, doit agir maintenant et exiger un retour immédiat aux activités normales pour assurer la fluidité de la chaîne logistique. Le temps est venu de faire preuve de fermeté pour le bien-être économique de la société », a poursuivi Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

« Le Port de Montréal est au cœur d’une toile qui relie pratiquement toutes les chaînes d’approvisionnement au Québec, quel que soit le secteur d’activité. Un arrêt des opérations, alors qu’on tente de se relever de la pandémie, serait vraiment néfaste. Ça affecterait non seulement les entreprises, directement ou indirectement, mais aussi les citoyens, dans certains cas jusque dans les hôpitaux. La ministre du Travail doit intervenir pour maintenir les activités du port et utiliser tous les outils déjà prévus au Code du travail canadien qui limiteront les impacts négatifs sur notre économie et les entreprises locales qui tentent de survivre à la crise », a ajouté Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ.

« Après une année de pandémie, au cours de laquelle nos entrepreneurs ont souffert du manque de clients, il est inconcevable qu’ils doivent maintenant faire face à des difficultés d’approvisionnement en raison d’un conflit de travail. Les moyens de pression actuels ont des conséquences majeures pour des milliers d’entreprises de partout au Québec qui dépendent du port pour leur chaîne logistique. C’est tout un pan du commerce interprovincial qui est affecté par cette grève, dont les effets se font aussi sentir chez nos voisins. Ce n’est pas qu’une question de relations de travail, mais un enjeu économique important en situation de crise historique. Le gouvernement canadien ne peut pas laisser la situation perdurer et doit absolument intervenir pour le bien de l’économie du Québec et du Canada », a souligné Charles Milliard, présidentdirecteur général de la FCCQ.

« Le maintien des activités au Port de Montréal est de la plus haute importance pour l’économie canadienne. Une deuxième grève, en si peu de temps, risque d'avoir un impact négatif sur les activités de nombreuses PME. Au Québec seulement, c'est plus de la moitié des entrepreneurs qui appréhendent de tels effets. L'heure est critique. Le gouvernement doit agir rapidement. Il ne faut ménager aucun effort afin de s'assurer de ne pas pénaliser les PME qui sont déjà très ébranlées par la pandémie », a mentionné Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales de la FCEI.

« Les manufacturiers et les exportateurs du Québec ne sont pas assis à la table de négociation, mais ils sont les plus impactés par la situation actuelle. Cela crée un véritable casse-tête pour nos entreprises. Toute cette incertitude nuit d’ailleurs directement à la relance économique, alors même que le gouvernement du Canada investit des milliards de dollars pour relancer l’économie. Afin d’être cohérent, le gouvernement fédéral doit intervenir pour assurer le maintien des activités au Port de Montréal », a conclu Véronique Proulx, présidente-directrice générale de MEQ.

Déclaration commune pour l’intervention du gouvernement : près de 450 appuis recueillis

Les six organisations ont lancé, le 18 mars dernier, une déclaration commune qui appelle la ministre du Travail du Canada, l’honorable Filomena Tassi, et le gouvernement à tout mettre en œuvre pour assurer le maintien des activités au port et rassurer les entreprises. À ce jour, la déclaration a recueilli près de 450 appuis de la part de signataires œuvrant dans tous les secteurs d’activité et issus du Québec et de l’Ontario.

Pour consulter la déclaration et la liste des signataires :
www.ccmm.ca/fr/declarationportdemontreal-conflitdetravail/

À propos de l’Association du camionnage du Québec (ACQ)
L'ACQ regroupe des transporteurs publics et privés et des fournisseurs de produits et services de l'industrie québécoise du camionnage. Avec un parc de plus de 20 000 véhicules, elle représente 75 % des détenteurs de flottes de cinq véhicules et plus. Au Québec, l'industrie génère un revenu de près de 7,6 milliards de dollars.

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM)
Forte d’un réseau de plus de 8 000 membres, la CCMM agit sur deux fronts : porter la voix du milieu des affaires montréalais et offrir des services spécialisés aux entreprises et à leurs représentants. Toujours au fait de l’actualité, elle intervient dans des dossiers déterminants pour la prospérité des entreprises et de la métropole. Avec l’appui de ses experts Acclr, la CCMM vise à accélérer la création et la croissance des entreprises de toutes tailles, ici et à l’international.

À propos du Conseil du patronat du Québec (CPQ)
Créé en 1969, à l’issue d’un consensus dégagé entre les entreprises, les syndicats et le milieu universitaire, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs de toutes tailles issus des secteurs privé et parapublic.

À propos de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI)
La FCEI est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

À propos de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)
Grâce à son vaste réseau de 130 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la FCCQ représente plus de 50 000 entreprises exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’il s’agisse de chambres ou d’entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

À propos de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ)
MEQ représente 1 100 manufacturiers à travers le Québec. Le secteur manufacturier québécois emploie près de 450 000 de personnes et représente 14 % du PIB ainsi que 89 % des exportations. En forte croissance, il a généré des ventes globales de près de 170 milliards de dollars en 2019.

-30-

Sources :
Marie-Claude Leblanc, Relations médias
ACQ, C 514 415-9680 [email protected]

Dominique Talbot, conseiller, Relations médias
CCMM, C. 514 969-2101, [email protected]

Victoria Drolet, attachée de presse
CPQ, C. 438 888-3312, [email protected]

Wissal El Alaoui, attachée de presse
FCEI, C. 514 817-0228, [email protected]

Félix Rhéaume, directeur principal, Communications et relations externes
FCCQ, C. 514 912-2639, [email protected]

Marie-Ève Labranche, directrice, Affaires publiques et gouvernementales
MEQ, C. 514 570-5469, [email protected]

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Préavis de grève au Port de Montréal: le milieu des affaires réclame l’intervention immédiate du gouvernement du Canada pour éviter toute entrave aux activités du port

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements