Skip to navigationSkip to content

Élections provinciales 2022: les attentes du Conseil du patronat du Québec

Publié le 10 juin 2022
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

MONTRÉAL, le 9 juin 2022 – Dans la foulée de la fin de la session parlementaire à l’Assemblée nationale et à l’approche du scrutin provincial cet automne, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) dévoile les attentes préélectorales formulées aux différentes formations politiques.

« La session parlementaire tire à sa fin et les partis politiques partiront sous peu à la rencontre des électeurs. Le CPQ a tenu à rencontrer toutes les formations politiques pour les sensibiliser aux enjeux qui préoccupent les employeurs du Québec. Selon nous, l’accent devra être mis sur la production, la fiscalité, les solutions à la pénurie de main-d’œuvre, l’importance de créer des logements et d’accompagner les employeurs dans leur transition écologique », a déclaré Karl Blackburn, président et chef de la direction du CPQ.

Productivité, fiscalité et réglementation : des incontournables
L'augmentation de la création de richesse collective passe par une croissance soutenue de la productivité. Ainsi, cela requiert d’importants investissements de la part du prochain gouvernement, en capital humain ainsi qu’en capital physique et technologique.

La recherche de la prospérité exige une fiscalité compétitive des entreprises, qui soit propice à l’investissement, à l’innovation et au développement technologique et à la performance globale des exportateurs. La fiscalité doit également encourager la création et la croissance des entreprises, de même que le transfert d’entreprises et le repreneuriat, notamment entre les membres d’une même famille.

Le CPQ a également sensibilisé les formations politiques à l’importance de :

  • Mettre en place une réglementation plus efficace et plus prévisible qui permet d’accroître la productivité et de dynamiser les investissements, et ce, dans tous les domaines, et sans coûts additionnels pour l’État;
  • Miser sur un mode d’octroi des contrats publics tenant compte adéquatement des notions de qualité et de durabilité des ouvrages et favorisant l’innovation.

Pénurie de main-d'œuvre : des actions pour y faire face
L’enjeu de la pénurie de main-d’œuvre demeure au cœur des préoccupations des employeurs ; c’est pourquoi les partis politiques doivent absolument en tenir compte. Puisque les données démographiques confirment que cette pénurie va sévir jusqu’à la fin de la décennie, le CPQ propose des solutions concrètes pour soutenir les employeurs et que celles-ci soient capables de maintenir leur expansion malgré ces défis.

Les formations politiques doivent également inclure dans leurs propositions des mesures afin de rehausser les compétences de base des personnes en emploi ou à la recherche d’emploi, d’autres pour favoriser l’attraction et la rétention des travailleurs expérimentés, et qu’elles examinent les programmes d’immigration afin de rehausser les seuils annuels, de les rendre plus flexibles, de réduire les délais et de faciliter l’accès à la résidence permanente. Le CPQ a également sensibilisé les formations politiques à l’importance de créer des logements pour accueillir la main-d’œuvre dans les différentes régions du Québec.

Pour compléter les besoins en main-d'œuvre, les employeurs aimeraient aussi obtenir du support pour intégrer la transformation organisationnelle du monde du travail, renforcer l’équité, la diversité et l’inclusion (EDI) dans leurs équipes et pour accélérer leur virage technologique.

Accélérer le verdissement de notre économie
Le CPQ appelle les partis politiques à être ambitieux afin de transformer les défis de la transition écologique en opportunités pour le Québec. Le livre vert, dévoilé en janvier, fait justement état des recommandations du CPQ en matière de transition verte et des principaux freins rencontrés par les employeurs pour mener à bien leur transition comme le manque de financement et le manque d’information. Les partis doivent tenir compte de ces freins et permettre aux entreprises de demeurer compétitives tout en répondant aux défis climatiques actuels.

En ce sens, le CPQ suggère d'améliorer la circularité de l’économie québécoise, la gestion du recyclage, de miser davantage sur la symbiose industrielle, l’économie de partage, l’économie de fonctionnalité et le reconditionnement.

En terminant, le CPQ est en accord avec le principe de la bonne énergie au bon endroit. Ainsi, nous devons poursuivre le développement des différentes énergies comme l’électricité, la biomasse, le solaire, l’éolien, l’hydrogène et les autres. La complémentarité entre les différentes formes d’énergie demeure la clé de notre succès pour avoir un Québec plus vert.

-30-

Source : Victoria Drolet
Conseillère principale – Affaires publiques et gouvernementales
Conseil du patronat du Québec
[email protected]
Tel. : 514-288-5163
Cell. : 438-888-3312

À propos du CPQ : Créé en 1969, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs, de toutes tailles et de toutes les régions, issus des secteurs privé et parapublic.

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Élections provinciales 2022: les attentes du Conseil du patronat du Québec

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements