Skip to navigationSkip to content

Bulletin de la prospérité du Canada : le Canada reçoit une note de B+

Publié le 03 octobre 2019
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

Montréal, le 4 octobre 2019 – Le Canada obtient un B+ en matière de performance économique, il fait donc mieux que la moyenne des autres pays de l’OCDE, mais n’est pas parmi les premiers de classe : voilà la principale conclusion du Bulletin de la prospérité du Canada 2019, dévoilé aujourd’hui par le CPQ (Conseil du patronat du Québec), qui vise à évaluer et à comparer le positionnement du Canada selon différents paramètres en lien avec la prospérité.

« Cette analyse permet d’avoir un portrait de la performance économique du pays et aide à mieux cibler les tendances, les opportunités et les freins qui devraient être pris en considération lors de l’élaboration des prochaines politiques publiques. Alors que la campagne électorale bat son plein, le Bulletin apporte un éclairage plus précis sur les enjeux économiques qui devraient faire l’objet d’interventions de la part du gouvernement élu », affirme Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ.

Bonne performance

Comparé aux autres pays de l’OCDE, le Canada performe assez bien par rapport à plusieurs indicateurs, notamment ceux qui portent sur la scolarisation de la population, les brevets d’invention et les coûts d’exploitation des entreprises. Par exemple, avec 57 % de sa population âgée de 25 à 64 ans ayant atteint un niveau de formation postsecondaire, le Canada se classe 2e parmi les 35 pays étudiés. Soulignons aussi que le Canada se classe 2e sur 10 pays étudiés concernant les coûts d’exploitation d’une entreprise, qui sont 14,6 % moins chers que ceux des États-Unis.

Amélioration nécessaire

Le pays affiche des retards au niveau des compétences en numératie, de l’activité des travailleurs âgés, des dépenses en recherche et développement (R-D) et de l’investissement en technologies de l’information et la communication (TIC). Effectivement, en investissant 2,14 % de son PIB en TIC, le Canada se classe 12e parmi 15 pays analysés pour cet indicateur. Aussi, le Canada a dépensé 1,59 % de son PIB en R-D en 2017, le plaçant 18e parmi l’ensemble des pays de l’OCDE. Étant donné les impacts de ces deux derniers éléments, un sérieux coup de collier devrait être donné sur ces deux points, car ils sont cruciaux pour la prospérité économique du pays pour les années à venir.

Aussi, en lien avec ces indicateurs, la productivité laisse également à désirer. Le Canada se trouve en milieu de peloton, à la limite inférieure du deuxième quartile.

Le Canada performe mal également en ce qui concerne le taux d’activité des travailleurs âgés occupant le 21e rang parmi les 36 pays analysés. Dans un contexte de vieillissement démographique, cet indicateur revêt une importance particulière.

Des actions à prendre rapidement

« À la lumière de ces constats, le gouvernement fédéral doit se mobiliser en faveur d’une plus grande prospérité du Canada, en commençant par une bonne compréhension des enjeux et un solide appui aux créateurs de richesse que sont nos entreprises », poursuit M. Dorval.

Le CPQ rappelle que le Bulletin ne vise pas à évaluer les gestes posés par les différents gouvernements, mais à identifier les perspectives qui devraient être prises en compte par les décideurs. De plus, certains éléments déterminants pour la prospérité n’ont pas pu faire l’objet d’analyse en raison d’un manque de données comparables, et mériteraient une attention particulière, comme la qualité des infrastructures de transport et la réglementation. Le prochain gouvernement ne doit pas perdre de vue ces éléments. Pour terminer, le CPQ souligne qu’à l’avenir il sera important d’évaluer de nouveaux indices de prospérité comme la performance en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le 15 octobre prochain, le CPQ dévoilera le Bulletin de la prospérité du Québec, publié aux deux ans, pour situer l’état de santé économique du Québec par rapport aux autres provinces canadiennes et d’autres juridictions de l’OCDE.

Le Bulletin de la prospérité du Canada 2019 est disponible en français et en anglais.

-30-

Source : Nadine Légaré
Conseillère principale – Communications et relations médias
Conseil du patronat du Québec
[email protected]
Bureau : 514-288-5161 poste 243
Cell. : 514-265-5471

À propos du CPQ : Créé en 1969, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs de toutes tailles issus des secteurs privé et parapublic.

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Bulletin de la prospérité du Canada : le Canada reçoit une note de B+

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements