Skip to navigationSkip to content

Budget du Québec: «Des investissements majeurs dans des domaines pertinents, mais peu de nouvelles initiatives pour répondre aux enjeux criants de main-d’œuvre», selon le CPQ

Publié le 10 mars 2020
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

Québec, 10 mars 2020 – Le CPQ (Conseil du patronat du Québec) a pris acte du budget du Québec dévoilé aujourd’hui par M. Eric Girard, ministre des Finances du Québec.

« Ce budget présente des investissements majeurs dans plusieurs domaines pertinents que sont la santé, l’éducation, les infrastructures et les enjeux de changements climatiques. Toutefois, en tant que représentant des employeurs du Québec, nous sommes déçus par le peu d’attention portée au problème criant que représente la rareté de main-d’œuvre », affirme Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ.

Le CPQ note également plusieurs mesures intéressantes en matière d’investissement, de recherche, d’innovation et de sa commercialisation. Toutefois, ce budget ne comprend pas de mesures importantes pour soutenir les entreprises, notamment aucune réduction significative des taxes sur la masse salariale qui constituent un désavantage majeur pour les employeurs du Québec. De plus, ce budget ne présente rien de nouveau pour répondre aux enjeux criants de main-d’œuvre, et ce, que ce soit pour les employeurs, les travailleurs, le gouvernement employeur ou donneur d’ouvrage. Rien non plus pour les entreprises privées aux prises avec des problèmes majeurs à ce chapitre.

Bref, comme l’année dernière, nous constatons qu’il y a beaucoup d’argent de prévu dans des domaines pertinents, ce qui est une bonne chose, mais la capacité de livrer les résultats attendus reste un grand défi, et ce notamment en raison des enjeux de main-d’œuvre tant dans le secteur public et parapublic, que dans le secteur privé, coopératif et communautaire.

Économie verte et infrastructures

Le CPQ apprécie particulièrement l’orientation pour des investissements structurants favorisant une économie plus verte et la poursuite des efforts de réduction de GES, notamment en investissant massivement en transport collectif et dans l’électrification des transports. Il apprécie également la bonification des investissements dans le PQI dont ceux consacrés au maintien des infrastructures.

Nous saluons également le soutien au développement des filiales énergétiques renouvelables, comme celle du gaz naturel renouvelable avec des investissements de 70 millions pour cette industrie.

Productivité

Le CPQ se réjouit également de voir des mesures encourageant la productivité, la compétitivité et le virage numérique des entreprises, comme les nouveaux incitatifs en faveur de l’innovation ainsi que ceux favorisant leur commercialisation comme la déduction incitative pour la commercialisation des innovations (DICI). Soulignons également le crédit d’impôt à l’investissement et l’innovation (C3i) et les mesures visant un rapprochement entre la recherche universitaire et les entreprises.

Rareté de main-d’œuvre

« Le CPQ déplore le peu de solutions nouvelles pour répondre aux besoins de main-d’œuvre, par exemple une réduction significative des taxes sur la masse salariale aurait aidé les entreprises à attirer et retenir les travailleurs d’une part. D’autre part, le CPQ croit toujours que nous devons changer de paradigmes en matière d’immigration, il en va de la survie de toutes les régions du Québec, incluant Montréal », souligne M. Dorval. « À ce titre, il faut arrêter de parler de limitation du seuil d’immigration. Dorénavant, il faut parler de cibles d’intégration sur le marché du travail dans toutes les régions, c’est-à-dire de cibler l’embauche de travailleurs étrangers nécessaires pour répondre à la demande plutôt que de limiter l’immigration. »

Si on peut souligner certaines mesures pour l’intégration des personnes en situation de handicap, on ne voit rien de nouveau pour retenir les travailleurs d’expérience sur le marché du travail. De plus, devant les défis que représentent les transformations technologiques et les changements climatiques, la formation ainsi que l’adaptation des travailleurs déjà à l’emploi devraient être encore plus encouragées.

Finalement, le budget repose sur les perspectives de croissance économique en vigueur au moment de sa préparation, aujourd’hui la situation actuelle génère plusieurs interrogations. Même si la performance économique du Québec est encourageante, les nouveaux défis témoignent d’une certaine volatilité des indicateurs.

-30-

Source : Nadine Légaré
Conseillère principale – Communications et relations médias
Conseil du patronat du Québec
[email protected]
Bureau : 514-288-5161 poste 243
Cell. : 514-265-5471

À propos du CPQ : Créé en 1969, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs, de toutes tailles et de toutes les régions, issus des secteurs privé et parapublic.

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
Budget du Québec: «Des investissements majeurs dans des domaines pertinents, mais peu de nouvelles initiatives pour répondre aux enjeux criants de main-d’œuvre», selon le CPQ

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements