Skip to navigationSkip to content

22e édition de la Semaine québécoise des personnes handicapées - Le CPQ et ses partenaires lancent une formation inédite pour améliorer le processus d’embauche des personnes en situation de handicap

Publié le 07 juin 2018
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Information additionnelle

Montréal, 7 juin 2018 – Dans le cadre de la Semaine québécoise des personnes handicapées 2018, le CPQ (Conseil du patronat du Québec), le ROSEPH (Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées) ainsi que le CRISPECH (Centre de recherche pour l’inclusion scolaire et professionnelle des personnes en situation de handicap) sont fiers de dévoiler une formation inédite pour aider les employeurs et les gestionnaires dans le processus d’embauche de personnes en situation de handicap.

Cette initiative, soutenue par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, fait partie d’un ensemble de mesures destinées aux différents défis que représentent les besoins de main-d’œuvre au Québec. Rappelons que la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018 2023, développée et promue par le CPQ à l’occasion du Rendez vous national sur la main-d’œuvre tenu en février 2017 (réf.), propose plusieurs mesures visant à répondre aux besoins de main-d’œuvre.

« La disponibilité de la main-d’œuvre est devenue un enjeu majeur pour tous les employeurs, et ce, dans toutes les régions et tous les secteurs économiques », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général, CPQ. « On oublie trop souvent qu’il y a environ 300 000 personnes en situation de handicap et aptes au travail, vivant au Québec. Ce bassin de la population représente un réel potentiel, mais dont la route vers le marché du travail est parfois semée d’embûches. »

« Lors des consultations que j’ai menées récemment auprès des partenaires du marché du travail de l’ensemble des régions du Québec, j’ai constaté un accueil de plus en plus spontané et chaleureux des employeurs à l’égard des personnes handicapées en milieu de travail. Il faut toutefois favoriser davantage l’intégration en emploi de ces personnes, d’autant plus que 1,3 million de postes seront à pourvoir au Québec au cours des dix prochaines années. La Stratégie nationale sur la main d’œuvre, dévoilée récemment, prévoit d’ailleurs des investissements de près de 1,3 milliard de dollars pour répondre aux besoins du marché du travail, notamment par l’inclusion professionnelle des personnes handicapées », explique le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. François Blais.

Le taux d’emploi des personnes ayant un handicap représente près de la moitié de celui des personnes sans incapacité. « Malgré les efforts déjà entamés, il reste du travail à effectuer en ce qui a trait à l’aide aux employeurs pour conjuguer les besoins du marché du travail avec la réalité des personnes handicapées, et ce, malgré une rareté de main-d’œuvre », remarque Joseph Giulione, président du ROSEPH. « Par l’acquisition d’un cadre de référence et de concepts essentiels, les gestionnaires seront plus confiants pour considérer l’embauche des personnes en situation de handicap. »

Un sondage effectué par le CPQ a révélé qu’une majorité importante d’employeurs se sent plus ou moins à l’aise et outillée lors du recrutement, de l’intégration et du maintien en emploi des personnes handicapées, malgré une ouverture de plus en plus grande à cette clientèle. Pourtant, tout le monde, à un moment ou un autre de la vie, peut se retrouver dans une situation de handicap, de façon temporaire ou permanente. Il est donc dans l’intérêt des employeurs et des gestionnaires d’être mieux préparés à faire face à cette situation.

Les employeurs qui embauchent déjà des personnes handicapées ont pu constater plusieurs éléments positifs caractéristiques à ce bassin de population. « De manière générale, ils affirment bénéficier de l’apport de personnes compétentes et engagées, qui changent moins d’emploi et qui s’absentent moins du travail », observe Catherine Loiselle, directrice du CRISPESH. « Le tout a un impact positif sur le climat et la culture organisationnelle, de même que la productivité. Non seulement l’objectif économique est mieux servi, mais, en outre, les personnes en situation de handicap pourront avoir une chance de plus de se réaliser avec fierté. »

La formation « Comment améliorer le processus d’embauche des personnes en situation de handicap (PSH)? » est un exemple d’initiative structurante permettant au Québec d’être plus inclusif à l’égard des personnes handicapées dans le marché du travail. Les formations auront lieu à l’automne, et ce, partout à travers la province.

Pour plus d’information ou pour vous inscrire, suivez le lien.

Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit aussi la vaste majorité des associations patronales sectorielles, ce qui en fait la seule confédération patronale du Québec. Il représente directement et indirectement plus de 70 000 employeurs de toutes tailles, tant du secteur privé que public, ayant des activités au Québec.

-30-

Renseignements et entrevues :
Nadine Légaré
Conseillère principale – Communications et relations médias
Conseil du patronat du Québec
[email protected]
Bureau : 514-288-5161 poste 243
Cell. : 514-265-5471

Faites connaître la pertinence de ce contenu par les médias sociaux ou le médium papier.
22e édition de la Semaine québécoise des personnes handicapées - Le CPQ et ses partenaires lancent une formation inédite pour améliorer le processus d’embauche des personnes en situation de handicap

Autres publications sur le sujet

Inscrivez-vous à notre infolettre

Pour demeurer à l'affût de nos interventions, des nouvelles publications et de nos prochains événements