Skip to navigationSkip to content

Projet de loi 10 : « Une réorganisation nécessaire, mais qui n’est pas une fin en soi », Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec

Published on November 11th 2014
+ Details on the article
Montréal, le mardi 11 novembre 2014 – Le Conseil du patronat du Québec a déposé aujourd’hui ses commentaires à la Commission de la santé et des services sociaux de l’Assemblée nationale sur le projet de loi 10 - Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l’abolition des agences régionales. Pour le Conseil, ce projet de loi vise à mettre en œuvre une réorganisation qui, si elle s’avère nécessaire, doit répondre à des objectifs qui devront être mieux définis.

« Bien que souhaitable, le brassage de structures qu’envisage le ministre de la Santé et des Services sociaux ne fait que peu mention des résultats concrets qui sont recherchés », déclare Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec. « Le Québec ne pourra se contenter de cette réorganisation à elle seule, sans poursuivre un travail de fond pour garantir à la population un accès simplifié à des soins de santé de qualité et aux meilleurs coûts. »

Pour le Conseil du Patronat, certains éléments auraient ainsi mérité plus de considération, comme la place du privé dans le réseau lorsque celui-ci permet de garantir l’accès à des services et des soins de santé plus efficacement et à un coût compétitif, ou encore, le rôle conseil des associations d’établissements, dont la compétence et les avis ne sauraient être sous-estimés.

Pour le Conseil, en somme, le défi réside non seulement dans la mise en œuvre de ce projet de réforme, mais aussi dans la poursuite constante de l’atteinte de résultats, en s’assurant que les mécanismes en place soient cohérents et en lien avec l’objectif d’efficience fixé pour le réseau.

Enfin, il faudra pouvoir apprécier la portée de cette réorganisation dans le futur, à la lumière des résultats obtenus, ce pourquoi le Conseil recommande de prévoir un processus de révision des mesures implantées par cette réforme, ainsi que d’évaluation de leur efficacité sur une base régulière.

« Trop souvent dans l’histoire du Québec, ce type de réformes s’est arrêté en chemin avant qu’elles aient pu atteindre les résultats souhaités, en se butant notamment à des débats de structure. Il importe que le présent exercice s’opère jusqu’au bout dans l’intérêt du patient et des contribuables », de conclure Yves-Thomas Dorval.

* * *

Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit aussi la vaste majorité des associations patronales sectorielles, ce qui en fait la seule confédération patronale du Québec. Il représente directement et indirectement plus de 75 000 employeurs de toutes tailles, tant du secteur privé que public, ayant des activités au Québec.

-30-

Renseignements et entrevues :
Benjamin Laplatte
Conseiller principal - Communications
Cell. : 438.886.9804
514.288.5161 (poste 235)
[email protected]
Projet de loi 10 : « Une réorganisation nécessaire, mais qui n’est pas une fin en soi », Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec