Skip to navigationSkip to content

Le milieu des affaires salue le dépôt d’un projet de loi par le gouvernement fédéral pour assurer la reprise et la poursuite des opérations au Port de Montréal

Published on April 27th 2021
Conseil du patronat
Incarner la voix des employeurs du Québec.
+ Details on the article

Montréal, le 27 avril 2021 – L’Association du camionnage du Québec, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), le Conseil du patronat du Québec (CPQ), la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) et Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) saluent le dépôt d’un projet de loi prévoyant la reprise et la poursuite des activités au Port de Montréal par la ministre fédérale du Travail, l’honorable Filomena Tassi. Nous comptons sur le soutien des partis d'opposition afin d’adopter rapidement ce projet de loi, qui évitera de couper l’oxygène à la reprise de l’économie canadienne et à la relance de nos entreprises.

« L'intervention du premier ministre Trudeau et de la ministre Tassi était, à ce stade-ci, essentielle pour assurer l’efficacité de la chaîne logistique et la survie de nos entreprises. Bien que nous croyons qu’une entente négociée soit l’avenue à privilégier, après 30 mois d’incertitudes et de discussions infructueuses, le gouvernement n’avait d’autre choix que d’utiliser les leviers à sa disposition pour protéger notre économie. Souhaitons que l’ambiguïté vécue au Port de Montréal depuis la dernière année n’ait pas causé de dommages irréversibles aux entreprises de transport. Espérons que les entreprises ayant redirigé leurs cargaisons vers d’autres ports, que les employés mis à pied de façon temporaire et que les pertes de tonnage encourues seront au rendez-vous lors de la reprise complète des activités portuaires. De plus, l’effet domino d’une telle crise nous préoccupe particulièrement puisque si le transport coûte plus cher, les produits seront touchés aussi, ce qui impactera inévitablement le consommateur au bout du compte », a déclaré Marc Cadieux, président directeur général de l’Association du camionnage du Québec.

« Le premier ministre Justin Trudeau et la ministre Tassi ont fait preuve du leadership nécessaire pour trouver une issue à cette situation qui perdure. Il fallait faire preuve de fermeté pour maintenir les opérations au Port de Montréal et limiter les impacts des dernières semaines sur nos entreprises et la relance de l’économie. Nous espérons que les partis d’opposition comprendront l’urgence de reprendre les activités au port et appuieront le projet de loi qui a été déposé ce matin. Il faudra cependant en arriver rapidement à une solution à plus long terme pour contrer le climat d’incertitude qui plane depuis l’échéance de la convention collective et qui a le potentiel de compromettre le succès de la relance », a poursuivi Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

« L'intervention du premier ministre Trudeau était inévitable. On ne peut pas se permettre de paralyser l’économie du Québec et de l’Ontario, voire de tout l’est du Canada, surtout en cette période de crise sanitaire. Bien que le projet de loi, si accepté, permettrait de rétablir les activités du port, c’est une solution temporaire qui n’éclipsera pas la nécessité de trouver une réponse durable au conflit. Pour les entreprises, c’est une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes. J’interpelle les élus, députés et sénateurs, pour qu’ils mettent un terme à cette incertitude », a ajouté pour sa part Karl Blackburn, président et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec.

« Le gouvernement fédéral joue enfin son rôle pour dénouer l’impasse et tous les entrepreneurs du Québec l’en remercient. Après une année difficile marquée par la pandémie, il était simplement impensable que nos entrepreneurs qui ont été durement affectés subissent des difficultés d’approvisionnement en raison d’une grève prolongée. Une loi spéciale n’est pas une solution idéale, mais c’est le moindre mal dans le contexte actuel. Nous en appelons maintenant à tous les parlementaires pour adopter rapidement ce projet de loi et permettre la reprise rapide des activités. C’est la santé économique du Québec et celle de nombreuses entreprises chez nos voisins qui en dépend », a mentionné Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

« Les propriétaires de PME sont soulagés de voir que le gouvernement fédéral ne reste pas les bras croisés après l’annonce de la grève des débardeurs et qu’il dépose aujourd’hui un projet de loi devenu nécessaire compte tenu des circonstances. Actuellement, seulement 56 % des PME sont complètement ouvertes au pays et tout juste 29 % ont retrouvé leurs revenus normaux. Ce n’est pas le moment qu’une grève vienne nuire à leurs efforts déployés pour surmonter la pire crise jamais connue. On demande depuis longtemps l’intervention de la ministre Tassi, et c’est la bonne chose à faire dans ce contexte. Ne pas bouger risquerait de couler des entreprises qui essaient de maintenir leur tête hors de l’eau. La FCEI appuie cette démarche et nous souhaitons également que les partis d’opposition se rallient à la ministre pour mettre rapidement fin à la grève », a soutenu Jasmin Guénette, vice-président des affaires nationales à la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

« Je salue cette intervention du gouvernement fédéral, qui était nécessaire. Une grève générale illimitée au Port de Montréal vient compromettre une relance économique forte en affectant directement les chaînes logistiques et d’approvisionnement de plusieurs entreprises manufacturières et exportatrices situées aux quatre coins du Québec, mais aussi ailleurs au pays. On ne peut pas se permettre de tels impacts économiques dans le contexte actuel. Il faut maintenant s’assurer que ce projet de loi soit adopté dans de courts délais afin que les activités au port reprennent le plus rapidement possible », a conclu Véronique Proulx, présidente-directrice générale de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ).

À propos de l’Association du camionnage du Québec (ACQ)
L'ACQ regroupe des transporteurs publics et privés et des fournisseurs de produits et services de l'industrie québécoise du camionnage. Avec un parc de plus de 20 000 véhicules, elle représente 75 % des détenteurs de flottes de cinq véhicules et plus. Au Québec, l'industrie génère un revenu de près de 7,6 milliards de dollars.

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM)
Forte d’un réseau de plus de 8 000 membres, la CCMM agit sur deux fronts : porter la voix du milieu des affaires montréalais et offrir des services spécialisés aux entreprises et à leurs représentants. Toujours au fait de l’actualité, elle intervient dans des dossiers déterminants pour la prospérité des entreprises et de la métropole. Avec l’appui de ses experts Acclr, la CCMM vise à accélérer la création et la croissance des entreprises de toutes tailles, ici et à l’international.

À propos du Conseil du patronat du Québec (CPQ)
Créé en 1969, à l’issue d’un consensus dégagé entre les entreprises, les syndicats et le milieu universitaire, le CPQ est une confédération de près de 100 associations sectorielles et de plusieurs membres corporatifs (entreprises, institutions et autres employeurs). Il représente ainsi les intérêts de plus de 70 000 employeurs de toutes tailles issus des secteurs privé et parapublic.

À propos de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI)
La FCEI est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 95 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives.

À propos de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)
Grâce à son vaste réseau de 130 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la FCCQ représente plus de 50 000 entreprises exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’il s’agisse de chambres ou d’entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

À propos de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ)
MEQ représente 1 100 manufacturiers à travers le Québec. Le secteur manufacturier québécois emploie près de 450 000 de personnes et représente 14 % du PIB ainsi que 89 % des exportations. En forte croissance, il a généré des ventes globales de près de 170 milliards de dollars en 2019.

-30-

Sources :

Marie-Claude Leblanc, Relations médias
ACQ, C. 514 415-9680, [email protected]

Dominique Talbot, conseiller, Relations médias
CCMM, C. 514 969-2101, [email protected]

Victoria Drolet, attachée de presse
CPQ, C. 438 888-3312, [email protected]

Wissal El Alaoui, attachée de presse
FCEI, C. 514 817-0228, [email protected]

Félix Rhéaume, directeur principal, Communications et relations externes
FCCQ, C. 514 912-2639, [email protected]

Marie-Ève Labranche, directrice, Affaires publiques et gouvernementales
MEQ, C. 514 570-5469, [email protected]

Le milieu des affaires salue le dépôt d’un projet de loi par le gouvernement fédéral pour assurer la reprise et la poursuite des opérations au Port de Montréal