Skip to navigationSkip to content

Nouveaux changements aux programmes d’immigration pour pallier la pénurie de main-d’œuvre

Published on June 17th 2022
Chroniques Norton Rose Fulbright
+ Details on the article

En avril dernier, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (« IRCC ») faisait l’annonce de plusieurs mesures pour aider les employeurs à remédier à la problématique croissante de pénurie de main d’œuvre.

Afin d’aider les employeurs à retenir les travailleurs temporaires au Canada, IRCC a mis en place les modifications suivantes au Programme des travailleurs étrangers temporaires (« PTET ») :

  • Augmenter la durée d’emploi maximale des travailleurs dans les volets des postes à haut salaire et des talents mondiaux de deux à trois ans;
  • Rallonger la période de validité de l’évaluation de l’impact sur le marché du travail (« EIMT») à 18 mois (anciennement, elle durait six (6) mois).
  • Augmenter le pourcentage d’employés à bas salaire permis dans le PTET à 30% pour les employeurs dans sept (7) secteurs touchés par une pénurie de main-d’œuvre généralisée, comme les services d’hébergement et de restauration (anciennement à 10%);
  • Éliminer la limite sur le nombre de postes à bas salaire que les employeurs des industries saisonnières (Ex : agriculture) peuvent pourvoir au moyen du PTET et rallonger la durée d’emploi maximale de ces postes de 180 à 270 jours par année; et
  • Retrait complet de la politique actuelle voulant qu’on refuse d’office les demandes d’EIMT dans les régions où le taux de chômage atteint 6 % ou plus pour certaines professions à bas salaire.

Résultat : plus de stabilité tant pour les employeurs qui peuvent combler des postes pour de plus longues périodes que pour les employés qui peuvent obtenir des permis de travail de plus longue durée leur donnant l’opportunité d’acquérir l’expérience canadienne nécessaire pour une demande de résidence permanente.

Cliquez ici pour lire la suite.

Par Christine Beltempo
logo

Nouveaux changements aux programmes d’immigration pour pallier la pénurie de main-d’œuvre